7 décembre 2009

Terre droit devant !

Depuis une semaine que je suis arrivée sur mon île, je prends enfin le temps de mettre à jour mon blog, pour répondre à l’attente frénétique de certains !!! Donc non je ne suis pas perdue au cœur de l’océan austral (quoique… !!!) et oui nous avons touché terre, et donc je suis bien arrivée à l’île de la Possession. Vous voilà tous rassurés !!!

Mais je suppose que vous êtes également impatients de savoir comment s’est passé la traversée.

Donc nous sommes tous (c'est-à-dire toutes les personnes qui vont à Crozet, mais aussi Kerguelen et Amsterdam avec cette rotation) partis en avion (très long les 11h d'avion même en dormant et en regardant des films!!!) mardi 17 novembre à 19h45.

Arrivés à la Réunion le matin, transfert en bus jusqu'au port. Le Marion-Dufresne ne partant que le soir on a pu profiter de la chaleur de la Réunion (26°C environ). Le bateau est parti vers 18h, et la vie à bord a commencé avec toutes les autres personnes partant sur Crozet, Kerguelen et Amsterdam. La première nuit a été assez agitée au niveau du tangage, histoire de nous mettre dans le bain dès le début, mais ça s'est calmé les jours suivants. Pas eu le mal de mer, juste la fatigue du voyage et le temps de s'amariner (le fait de s'habituer au bateau). Le Marion-Dufresne mesure 122 m de long, ce n’est pas un bateau de croisière style Corsica Ferry, mais on peut se promener partout si la mer n’est pas trop grosse. On peut même aller tout à l’avant pour voir la quille s’enfoncer dans la mer (faut pas avoir le vertige, car on se croirait un peu dans le bateau pirate du parc Astérix !!!). Il y a environ 8 ponts. Ma cabine était à l’avant-dernier en haut, là où ça bouge bien mais on avait une fenêtre d’où on voyait bien la mer (sympa au réveil), et la passerelle (ou timonerie, enfin bon la salle des commandes) où on observait les oiseaux était sur le pont au dessus. Le restaurant était sur le pont médian. Repas à 8h, 11h et 18h (faut s’habituer, autant dire que je n’ai pas fait les petits déj !!). Service à table, très bon, avec les nappes antidérapantes au cas où !!! Il n’y a pas grand chose à faire sur un bateau à part regarder la mer, les oiseaux marins quand il y en a, discuter, et faire la fête le soir ; il y avait aussi une salle de sport, un baby-foot et un jeu de fléchettes (pas évident quand ça tangue). On a quand même vu des cachalots au loin.

Lundi 23 novembre nous sommes arrivés comme prévu en vue de Crozet, avec les orques pour nous souhaiter la bienvenue et de plus en plus d'oiseaux et des manchots qui tournaient autour du bateau.

On a fait le tour de l'île avant d'être débarqués en hélicoptère (ça c'est la classe!!) sur la base, accueillis par les hivernants que l’on va remplacer, et les militaires qui sont arrivés en août.

Pendant 2 jours c'était l'OP (Opération Portuaire, c'est-à-dire débarquement du matériel, des vivres, aller-venu des touristes...). Le premier jour je suis allée à la plage voir la manchotière (hallucinant de voir les manchots et les éléphants de mer d'aussi près) et les albatros. Le tout avec une météo d'enfer (pointe de vent à 100km/h, pluie, soleil, neige, on ne m'avait pas menti sur la météo!!), les personnes étant descendu ce jour là ont bien failli dormir sur la base car l’hélico ne pouvait pas venir les chercher à cause du vent. Mais une accalmie a été annoncée et le pilote en a profité pour revenir chercher les gens. Le lendemain je faisais parti de l'équipe qui aide à décharger le matériel accroché au câble de l'hélico et qui aide les passagers de l'hélico à monter et à descendre, de 6h à 20h. Dure journée, où on passe beaucoup de temps à attendre, mais très intéressant de voir comme se passe le déchargement du bateau à la base et très impressionnant de voir la précision du pilote pour poser les caisses. En parallèle, des barges amenaient par la mer les caisses trop lourdes (l’hélico est limité à 650kg).

La journée se finit par un repas tous ensemble et on commence à faire connaissance avec tout le monde, l’ambiance est sympa mais on est tous bien fatigués des dernières journées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire